Louise Michel, révolutionnaire romantique

Louise Michel  vers 1870. Photographie de J.-M. Lopez. Paris, Bibliothèque Marguerite Durand

20 septembre 2011 - 8 janvier 2012

Format de poche

Autour du manuscrit d’Histoire de ma Vie de Louise Michel et d’une dizaine de dessins, notamment des illustrations de L’Année terrible , l’accrochage présentait une trentaine d’ouvrages, dont de nombreuses éditions originales, autant de lettres manuscrites et d’estampes et imprimés.
Louise Michel (1830-1905), institutrice socialiste puis anarchiste, s’engage activement dans la Commune de Paris (1871). Arrêtée par les Versaillais, elle est déportée en Nouvelle Calédonie. Elle s’intéresse à la culture canaque et s’insurge contre le colonialisme. Après l’amnistie, elle revient à Paris en 1880 et poursuit son activité de militante, donnant des conférences à travers la France et en Europe. Inquiétée par la police, elle s’exile à Londres en 1890 où elle écrit Histoire de ma vie, qui complète ses Mémoires publiées en 1886. Elle est l’auteure de nombreux écrits, témoignages (La Commune), romans (La Misère, Les Méprisées…), poèmes, pièces de théâtre, contes…  Grande lectrice de Victor Hugo, qu’elle cite et dont elle s’inspire dans ses écrits, elle partage sa haine pour l’Empire et sa défense des « misérables ». Elle signe ses articles politiques « Enjolras », hommage à l’intransigeant révolutionnaire des Misérables, et rencontre Victor Hugo à plusieurs reprises, avant et après l’exil. Elle lui adresse une importante correspondance et trouve en lui un confident.  Pendant la Commune, Hugo s’éloigne des Communards dont il réprouve les moyens, mais il les soutient  pendant leur répression par les vainqueurs et lutte pour obtenir leur amnistie. Déportée à l’autre bout du monde, Louise Michel se souvient du « grand exilé » dont elle transcrit les vers sur les rochers océaniens.
Malgré leurs divergences politiques, Louise Michel anarchiste et Victor Hugo républicain se sont battus pour les mêmes causes : le droit des enfants et des femmes, la justice, l’égalité, l’éducation laïque et obligatoire. « détruire la misère » (Hugo) est le mot d’ordre qui a gouverné la vie de Louise Michel.

Espace presse
Accessible aux personnes handicapées:
- Personnes à Mobilité Réduite (PMR)
- Personnes sourdes et malentendantes
- Personnes en situation de handicap mental
Donnez votre avis