Charles Ribeyrolles

Journaliste républicain originaire du Lot, Charles Ribeyrolles fuit la France pour Londres dès 1849 et s’installe à Jersey en 1851. Là, il se lie d’amitié avec Victor Hugo et s'implique au sein de la communauté des proscrits. Il continue de lutter pour le retour de la République en France en tissant des liens étroits entre républicains et socialistes tels qu’Alexandre Ledru-Rollin, Giuseppe Mazzini ou Pierre Leroux.

En 1855, il publie dans L'Homme, journal des proscrits dont il est le rédacteur en chef, un article qui lui vaut d'être expulsé de Jersey. Victor Hugo et trente-cinq autres exilés protestent contre cette condamnation ce qui provoque leur expulsion. Cet épisode ne le sépare pas pour autant de Victor Hugo. Invité pour l'inauguration de la salle à manger de Hauteville House en mai 1857, il séjourne dans l'île à plusieurs reprises et devient alors un ami intime de la famille. En 1858, il s'embarque pour le Brésil où il meurt emporté par la fièvre jaune à l'âge de 48 ans. Enterré loin de sa patrie, sa tombe située à Rio de Janeiro porte toujours l’épitaphe composée par Victor Hugo :

« À CHARLES RIBEYROLLES.

Il accepta l'exil; il aima les souffrances;

Intrépide, il voulut toutes les délivrances;

Il servit tous les droits par toutes les vertus;

Car l'idée est un glaive et l'âme est une force,

Et la plume de Wilberforce

Sort du même fourreau que le fer de Brutus. »

Crédit photographique : © Maisons de Victor Hugo / Roger-Viollet