« Victor Hugo », L'Eclipse, n° 357

  • André Gill (Louis-Alexandre Gosset de Guines, dit, 1840-1885)

  • 55 x 39 cm
  • 29 août 1875
  • Lithographie coloriée au pochoir sur papier imprimé
  • MVHP E 2353
  • Paris, Maison de Victor Hugo

Gill, célèbre dessinateur pour la presse, était un admirateur de Victor Hugo. Il fut à son égard un caricaturiste bienveillant. L’humour, la fantaisie, les codes de déformation corporelle du portrait-charge sont mis au service d’une glorification attendrie de l’écrivain engagé qui suscite la sympathie de Gill. Ici, le dessinateur s’amuse à renverser les rôles, faisant d’un Hugo sculpteur, le portraitiste de Danton, Robespierre et Marat. Le dessin devait saluer la publication du roman Quatrevint-treize paru en février 1874, mais la censure l’interdit et il ne paraîtra que l’année suivante. L’Eclipse du 22 mars 1874 évoquera l’incident en publiant une lettre de Victor Hugo : « J’ai vu le beau dessin d’André Gill. Il n’est pas seulement beau, il est charmant. L’enfant mêlé à ces figures sévères et terribles exprime gracieusement et gaiement la pensée du livre : Quatrevingt-treize, et il est bon que, là où les passions humaines font trembler, l’innocence fasse sourire. »